Cybermag / A la une / Soigner, un but en soi!

Soigner, un but en soi!

Donner, recevoir, partager: ces valeurs du sport sont aussi cellesdes soins. Portrait d’un footballeur devenu ASSC

Laurie Josserand

Sa vie, Volkan Perçin l’imaginait en rouge et jaune, les couleurs du Galatasaray, le fameux club de foot d’Istanbul, la mégalopole turque. C’était bien parti pourtant. Il a fallu d’un match pour que tout explose. La rotule d’abord et sa planète foot ensuite. Après tant de sacrifices, d’entraînements acharnés, Volkan a su,au moment où un joueur l’a violemment taclé, que son «destin de sportif professionnel se brisait».À 20 ans, retour à Genève. Lejeune homme passe trois mois alité. S’ensuivent des mois de rééducation, d’accompagnement par la médecine du sport. «Durant cette période, j’ai mesuré à quel point le soutien des proches est important au quotidien et constitue un élément déterminant dans le rétablissement d’une personne en souffrance», relate l’ancien footballeur.Une fois sur pieds, Volkan intègre l’école de recrues et fait ses classes chez les sanitaires. Un nouvel univers s’ouvre à lui, celui de la santé. Il saisit la balle au bond et suit la formation d’auxiliaire de santé Croix-Rouge: «À l’armée, j’ai d’abord retrouvé une dimension chère à mes yeux dans mon ancienne vie de sportif,l’esprit d’équipe.» Pendant cette période, il découvre sa vocation dans les soins.

Il confirme son projet d’orientation lors d’un stage en EMS dans le cadre du Semestre de motivation (Semo) et se remet sur les rails de la formation. «Là-bas, j’ai élaboré mon dossier de postulation et compilé toute l’information nécessaire au recrutement en direct pour l’apprentissage d’assistant en soins et santé communautaire (ASSC) à imad (institution genevoise de maintien à domicile). La détermination et le travail paient: j’ai été pris en formation professionnelle.» Ce qui lui a plu dans le quotidien de soignant à domicile? «La polyvalence!» En effet, les tâches d’un ASSC sont variées: actes médicotechniques (prise de cons-tantes, changement de pansements, administration de médicaments, etc.), conseils en matière de santé et d’hygiène. La dimension humaine est un pilier incontournable dans les soins, notamment la rencontre avec des gens aux univers culturels différents. CFC en poche, Volkan Perçin vient d’intégrer l’équipe des soignants de l’antenne imad de Plainpalais. «La formation des apprentis ASSC à imad est un investissement sur le long terme. Dans l’idéal, nous souhaiterions engager tous les jeunes que nous formons. La réussite de Volkan en est la preuve», conclut Christophe Tournier, chargé de communication à imad. Volkan Perçin a été embauché à l’antenne imad de Plainpalais le 1er septembre. Il recevra officiellement son CFC lors de la Fête de l’apprentissage, mardi prochain, à l’Arena à Genève.

Trois questions à Sandrine Fellay-Morante, directrice du centre de compétences et gestion des carrières à imad

La formation de la relève,une préoccupation particulière pour imad?  C’est un des piliers stratégiques dans un contexte de vieillissement de la population, associé à la pénurie des professionnels de la santé et au virage ambulatoire.Le manque récurrent d’ASSC et le choix de prise en charge des clients par le case mix (infirmiers-ASSC-aide à domicile) ont amené imad à investir de manière massive dans la formation des ASSC. 76 apprentis ASSC sont actuellement en formation,soit trois fois plus qu’en 2014.

Quelles actions sont concrètement mises en place pour créer des conditions favorables à l’apprentissage?  Depuis 2018, la formation des apprentis ASSC est dévolue aux ASSC formateurs d’apprentis. Ils sont aujourd’hui 49 sur 337 postes d’ASSC. Leur encadrement ne se limite pas qu’aux seuls formateurs. Tous les membres d’une équipe terrain ont un rôle à jouer pour accompagner l’apprenti dans son cursus.

Que dire à un jeune pour l’encourager à embrasser une carrière d’ASSC dans les soins à domicile?  ASSC à domicile est un métier d’avenir vu le contexte actuel. Délivrer des prestations de qualité en coordination interprofessionnelle est un défi à relever chaque jour afin de répondre aux besoins actuels et à venir des clients. Dans ce cadre, encourager la formation d’ASSC contribue au programme cantonal de lutte contre la pénurie des professionnels de la santé. Par ailleurs, si un jeune cherche à exercer un métier dans les soins centré sur l’humain, varié et faisant la part belle à l’autonomie, alors ce métier est fait pour lui. Autre particularité qui rend cette fonction gratifiante: le suivi des patients tout au long de leur parcours de vie.

Soigner, un but en soi!