Cybermag / A la une / Médiamaticien: le couteau suisse de la communication digitale

Médiamaticien: le couteau suisse de la communication digitale

Le profil des médiamaticiens se focalise de plus en plus sur la technique et la communication

Martine Andrey

Les médiamaticiens développent des solutions numériques sur mesure pour gérer les sites web, alimenter les réseaux sociaux selon une stratégie marketing ou actualiser les supports de présentation des entreprises. «Les jeunes choisissent cette formation, car ils aiment l’informatique dans les médias, affirme Marcel Jubin, doyen de la filière médiamatique du Centre professionnel du Nord vaudois. En quatre ans, ils acquièrent de nombreuses connaissances de base en multimédias, techniques, communication et marketing, ainsi qu’en commerce. À la fin du cursus, leur enthousiasme les porte vers un profil plutôt qu’un autre.»

Une formation exigeante

«C’est lors d’un stage au service marketing de la régie Naef que j’ai découvert ce métier qui regroupait tout ce que j’aime, la technique et la communication», intervient Aude Chapman, qui termine sa première année d’apprentissage à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID). «Nous cherchions quelqu’un d’investi, de mature et de curieux, car la formation est exigeante et la fonction de communiquant exclut la passivité», explique Luc D’Alessandro, responsable de la communication digitale à l’IHEID. La jeune femme entame son premier grand projet sous la supervision de Xavier Vitali, senior web manager, et participe à la création du nouveau site internet de l’IHEID. Conception et réalisation des pages web habitent son quotidien. «Savoir coder est important pour moi, mais il faut beaucoup pratiquer et être rigoureuse», affirme l’apprentie qui participe aussi à la résolution des éventuels bugs du site. «Aude est méthodique, elle agit déjà comme une professionnelle en analysant le problème avant de développer la solution. En informatique, c’est essentiel!», remarque Xavier Vitali.

Entregent et communication

La future professionnelle forme aussi les collaborateurs de l’IHEID à l’utilisation du nouveau site. «L’institut est multiculturel et les manières de communiquer diffèrent passablement, confie-t-elle. J’aime écouter et comprendre les besoins des collaborateurs.» De plus, elle gère les «News of the week», un autre projet de communication important. «Confier sa conception à Aude nous a permis de tester ses capacités et de la faire évoluer en fonction de son plan de formation et des besoins de l’institut», relève Xavier Vitali. L’apprentie sait aussi mettre ses compétences au service de causes plus personnelles. En mars dernier, la Ville d’Yverdon-les-Bains (VD) a lancé un concours d’affiches pour les apprentis médiamaticiens sur la discrimination envers les jeunes. La jeune femme s’est mise en scène sur son affiche pour évoquer le thème de l’homophobie. Résultat: premier prix en poche et son travail est affiché dans les rues et les bus de la ville. «Ce n’est pas dans tous les métiers qu’il existe des projets où créativité et liberté sont mises en avant», se réjouit-elle. Ce prix ravit d’ailleurs ses formateurs. «Il témoigne de quelqu’un qui peut exprimer ses idées et qui dit sa conviction de manière originale et technique», la félicite Xavier Vitali.

Débouchés prometteurs

Polyvalents par excellence, les médiamaticiens sont recherchés dans des secteurs économiques variés tels que l’industrie, l’artisanat, les sociétés de services, les banques et l’administration. Leur formation généraliste leur confère une véritable vue d’ensemble sur les enjeux professionnels des entreprises et est bien adaptée aux petites structures. «Avec leurs compétences en communication et en technique, les médiamaticiens répondent aux évolutions rapides de la digitalisation», argumente Luc D’Alessandro. Ils peuvent d’ailleurs améliorer leurs connaissances de base en communication, multimédia ou technologies de l’information et de la communication dans les Hautes Écoles spécialisées, les écoles supérieures ou en préparant des brevets et diplômes fédéraux. Médiamaticien est assurément un métier d’avenir pour Marcel Jubin: «La majorité des PME qui travaillent dans le domaine des technologies de l’information et de la communication sont très intéressées par l’embauche de ces profils. ICT-Formation professionnelle Suisse prévoit une pénurie de 25 000 personnes qualifiées d’ici quelques années. La Suisse pourrait potentiellement perdre plusieurs milliards de francs en valeur ajoutée. Donc, il convient d’agir dès à présent et former un maximum de professionnels.»

Plus d’infos  Quelques places d’apprentissage sont encore disponibles pour les cantons de Genève et de Vaud: www.orientation.ch.ICT-Formation professionnelle
Suisse: www.ict-berufsbildung.ch/
fr/

Médiamaticien: le couteau suisse de la communication digitale