Cybermag / A la une / SwissSkills, la compétition nationale qui met en valeur les métiers

SwissSkills, la compétition nationale qui met en valeur les métiers

Rencontre avec deux spécialistes de la santé parmi les quelque 150 candidats romands en lice à Berne

Eliane Schneider

Issus de 135 métiers différents, les meilleurs jeunes professionnels suisses s’affrontent depuis hier à Berne à l’occasion des SwisSkills 2018. «C’est un véritable défi pour ma carrière, exulte Célia Pellizari, qui vient d’obtenir son CFC d’assistante en soins et santé communautaire (ASSC). Je veux démontrer en participant à ce concours que ma formation est solide, qu’elle nous donne accès à de nombreux savoirs et nous prépare humainement à exercer un métier parfois difficile.» En attendant le jour J, cette adepte des sports de combat s’est entraînée dur. Elle a notamment bénéficié d’un accompagnement de l’OrTra santé-social Genève, organisme faîtier du secteur. «Un événement majeur comme les SwissSkills est une occasion unique de valoriser la voie de l’apprentissage pour les métiers de la santé, notamment celui d’ASSC qui offre de nombreux débouchés en termes d’emploi», explique Yanik Marguerat, chargé de communication à l’OrTra. Dans la dernière ligne droite, une infirmière praticienne a également coaché la jeune professionnelle en passant en revue tous les gestes qu’elle devra maîtriser à la perfection lors de la compétition: pose d’un Vacoped-attelle, fiche patient, note des signes vitaux, concentrateur d’oxygène, sonde urinaire, administration de médicament et d’injections, conduite professionnelle, soins corporels, conseils en alimentation, etc.

Nouveaux métiers

Les SwissSkills 2018 veulent également faire la part belle aux nouvelles professions, parmi lesquelles celle d’assistant en promotion de l’activité physique et de la santé (APAPS). Le Vaudois Sven Coendet, en troisième année d’apprentissage, a préparé la compétition dans le fitness qui l’emploie en intégrant au quotidien les différentes compétences exigées par le concours dans son planning professionnel, des tâches commerciales de l’espace d’accueil à la pratique sportive en salle. «Dès que j’ai appris que les SwissSkills cherchaient des participants, dans le cadre du Centre professionnel du Littoral neuchâtelois (CPLN) où je suis mes cours théoriques, je me suis immédiatement inscrit. Comme plusieurs de mes camarades de classe l’ont aussi fait, il y a un petit challenge entre nous qui va s’intensifier quand il s’agira de se confronter aux participants de toute la Suisse.» Le jeune homme au caractère volontaire pense compétition et s’est entraîné en  conséquence. Il vise la sélection suisse, puis européenne, et se projette déjà au concours mondial, les WorldSkills Competitions, qui se dérouleront en août 2019 à Kazan, en Russie.

Concours exigeant

Si les SwissSkills sont l’occasion pour les jeunes professionnels de se mesurer en faisant la démonstration de leur savoir-faire tout en découvrant d’autres métiers, l’événement a aussi son intérêt pour les partenaires de la formation professionnelle. «Nous sommes curieux de savoir comment, audelà des compétences techniques, le concours prendra en compte le coeur de nos métiers de la santé: la gestion des émotions, l’empathie, le choix des mots, le ton de la
voix, les sentiments», s’interroge ainsi Yanik Marguerat. La question est d’autant plus délicate pour les métiers de la santé que les participants à la compétition ne peuvent pas dépasser l’âge de 20 ans. «Dans nos professions qui exigent une certaine maturité, les employeurs choisissent le plus souvent des apprentis plus âgés, souvent majeurs, car le contact avec la maladie et la mort fait qu’ils peuvent être soumis à des situations professionnelles sensibles. C’est pour cette raison qu’il a été compliqué pour nous de trouver des candidats respectant la limite d’âge imposée par les Swiss-Skills.»

SwissSkills, la compétition nationale qui met en valeur les métiers