Cybermag / A la une / Les technologues en médias font couler beaucoup d’encre

Les technologues en médias font couler beaucoup d’encre

Le métier vient d’être revisité afin de coller aux exigences du numérique: une nouvelle ordonnance fédérale sort de presse

Eliane Schneider

Le souffle rythmé des presses emplit le vaste atelier des Transports publics genevois (TPG) consacré à l’impression. Eljozen Thompson, apprenti technologue en médias CFC de 2e année, évolue entre les écrans et les machines caractéristiques des systèmes d’impression complexes, presses numériques, imprimantes à jet d’encre grand format ou à séchage par ultraviolet UV et autres appareils de découpage. «Il faut trouver la bonne luminosité, explique le jeune homme. Je dois calibrer les écrans afin que la couleur n’y apparaisse pas sous un jour trompeur. Et à chaque type d’impression, j’ajuste le matériel.» Dessiner, scanner, redessiner via des logiciels, couper, coller font partie de son vocabulaire. L’apprenti produit des affiches de divers formats, du matériel d’habillage de bus ou de tram et même… les billets et abonnements personnalisés pour les sous-traitants. Ici, la créativité côtoie le commercial: «Il faut savoir jauger l’exigence du client, sortir de l’atelier pour le rencontrer et convenir précisément de la commande, poursuit Eljozen. J’apprécie de travailler sur un projet du début à la fin. Pour être efficace, je visualise le produit fini. Puis, étape par
étape, je remonte le fil de la production jusqu’à l’idée initiale.»

L’émotion du papier

L’évolution technologique redessine les contours de la profession. La nouvelle ordonnance fédérale prévoit un cursus en apprentissage dual de quatre ans, via trois orientations: impression, printmédia, et sérigraphie (lire le texte ci-dessous). «Les machines hybrides actuelles, comprenant tant l’impression traditionnelle offset que numérique, bouleversent les chaînes de production. Là où trois employés s’activaient, un seul aujourd’hui gère la manoeuvre. D’où
le caractère de plus en plus confidentiel des places ouvertes à l’apprentissage. En revanche, ces technologies nécessitent du personnel très bien formé», admet Roger Ammann, responsable de formation, à l’association faîtière Viscom. Selon lui, l’impression papier reste pourtant pérenne. Les livres, le packaging, les journaux susciteront toujours quelque chose d’émotionnel. Donc une demande.

Impressions personnalisées

«La tendance est à la technique print-média», précise Pierre-André Dessarzin, doyen Création vêtements et Industrie graphique à l’École romande d’art et de communication (ERACOM), à Lausanne. Le nombre de copy- shops et de centres de services ne cesse d’augmenter afin de satisfaire une demande de personnalisation des impressions. Le cross-média (utilisation parallèle de plusieurs médias pour une même campagne de marketing ou de publicité) permet au print-média de prendre son essor. «Quelle que soit l’option choisie, ces jeunes professionnels bénéficient d’une employabilité à 100% au sortir de l’apprentissage», assure le doyen. Par ailleurs, les perfectionnements professionnels ne manquent pas. Les jeunes peuvent poursuivre leur formation à l’école supérieure orientée multimédia de Lausanne ou, moyennant l’obtention d’une maturité professionnelle, à la HES d’Yverdon, point de mire du domaine avec son bachelor of science en ingénierie des médias. Quant à la voie professionnelle, plusieurs brevets fédéraux dédiés trouvent également leur public.

Nouveau cursus

La nouvelle ordonnance fédérale de formation, entrée en vigueur en 2019, prévoit un cursus en apprentissage dual de quatre ans, via trois orientations: impression (utiliser des machines d’impression à feuille ou rotative avec les procédés
d’impression numérique, offset ou en héliogravure), printmédia (personnalisation des données d’impression, conception de produits imprimés, création de maquettes ou encore crossmedia) et sérigraphie (réalisation d’imprimés, confection de forme d’impression, impression 3D, mélange manuel de couleurs).

En savoir plus

Pour trouver une place d’apprentissage et plus d’informations sur le métier, consultez le site internet www.orientation.ch.

Les technologues en médias font couler beaucoup d’encre