Cybermag / A la une / Les apprentis du CFP Arts investissent le Transforme Festival

Les apprentis du CFP Arts investissent le Transforme Festival

Pour sa deuxième édition, le festival a fait appel aux talents des jeunes créatifs

Iris Mizrahi

Jeudi 16 mai, onze heures tapantes. Dans une salle sombre du Centre de formation professionnelle Arts (CFP Arts) de Genève, les élèves en Interactive Media Design (IMD) de deuxième année se succèdent, fébriles, pour une première projection de leur capsule vidéo promotionnelle devant un «vrai» client. Skate, Streetwear, Danse, Parkour et DJ set: cinq disciplines pour agrémenter l’ADN 100% hiphop de Transforme Festival. Et autant de variations à choix avec lesquelles les apprentis ont dû composer afin de répondre au mandat des organisateurs. Imaginé pour valoriser et fédérer les apprentis autour d’un événement participatif, ce festival inédit dans le paysage culturel genevois est parrainé par Antigel et le DIP.

60 secondes chrono

 «La vidéo est notre support cardinal, intervient Renaud Durussel, responsable de la communication de Transforme Festival. Les réseaux sociaux permettent d’avoir un lien direct avec les jeunes et les créateurs des vidéos sont confrontés en temps réel à la diffusion de leur travail. Transforme est un projet qui se conçoit comme une plateforme d’apprentissage et d’échange de compétences. Les jeunes nous transmettent leur expertise et les connaissances des tendances vidéo et musicales qui sont celles de leur génération.» En soixante secondes maximum, les capsules doivent percuter les esprits: narration et rythme maîtrisés, choix musical pertinent, typographie puissante, originalité du visuel. Le jury retient pour chacune des cinq disciplines le projet qui reflète le mieux l’esthétique et l’identité Transforme. «En choisissant de filmer trois personnes dans trois appartements différents, j’ai travaillé sur l’effet désinhibant de la musique et sa faculté à connecter les gens, témoigne Baptiste Godart, l’un des apprentis IMD dont le projet a été retenu. Ma DJ est une femme, pour souligner l’aspect non genré du festival, comme précisé dans le brief.» «Le projet de Baptiste est le plus proche des codes vidéo rap. Il a capté l’esprit du festival, joué sur la colorimétrie et filmé des gens, ce qui rend son travail particulièrement vivant, commente Renaud Durussel. Nous sommes impressionnés par la qualité et la diversité des capsules. Certaines seront utilisées dans l’«Aftermovie», film récapitulatif du festival.»

Un croco pour égérie

En début d’après-midi, c’est au tour des apprentis graphistes de première et de quatrième année de soumettre leurs productions à la critique d’un jury composé des représentants de Transforme, Tataki (média numérique de la RTS) et deux enseignantes. Une cinquantaine d’élèves rivalisent de créativité avec des propositions de dessins destinés à agrémenter les tote bags et le dos des T-shirts, objets merchandising du festival. «L’idée est de créer avec ce T-shirt en série limitée une vraie pièce d’habillement. Le visuel doit représenter l’univers street urbain», précise le responsable. Après une sélection drastique et d’âpres discussions autour des dessins les plus fédérateurs, un projet émerge enfin. Le jury craque pour les crocos d’Eden Mizrahi, apprentie graphiste de quatrième et son interprétation humoristique de l’univers du hiphop. «La force de ce travail? Il est graphiquement simple et narratif avec son dessin comme réalisé d’un seul geste. Il reprend les codes du gimmick et du rap, sans prise de tête», argumentent les représentants de Tataki. «J’avais envie de personnifier le festival par une mascotte. J’ai été inspirée par Lacoste, une marque qui représente bien le milieu du rap et aussi par le rappeur Roméo Elvis qui évoque le crocodile dans ses chansons en mode écolo, dépeint la lauréate. J’ai tracé un croco tout simple auquel j’ai ajouté un micro, un skate, un bob, une banane, chaque fois avec les ad-libs (onomatopées) pour le rendre vivant. Mes crocos sont à l’image du public de Transforme.»

Le Transforme Festival: L’événement aura lieu le 27 juin dans l’enceinte du Centre de formation professionnelle Construction (ch. Gérard-De-Ternier 18, au Petit-Lancy). Skate, streetwear, danse, parkour, DJ set, hip-hop, rap, sans oublier la tombola organisée par l’OFPC et de nombreux prix à la clé:
T-shirts et tote bags, bons chez Manor, Coop, Payot ou pour une virée en pédalo, invitations au festival Vernier-sur-Rock, Antigel et bien d’autres encore! Programme complet sur https://festival-transforme.ch et les réseaux sociaux.

Les apprentis du CFP Arts investissent le Transforme Festival