Cybermag / A la une / Le Rotary Club décerne des prix à des jeunes qui le méritent

Le Rotary Club décerne des prix à des jeunes qui le méritent

Difficultés psychosociales, financières ou scolaires, une dizaine d'apprenties et apprentis sont récompensés pour leurs efforts et leur volonté

Léonore Ehrsam-Bimpage, Perrine Necker, Iris Mizrahi

L’œil bleu pétillant, Malika Russi, 28 ans, n’en finit pas de déjouer le sort. Issue d’une fratrie de huit enfants, sa vie ressemble à celle d’une Cosette des temps modernes. A dix-huit ans, elle se retrouve sans domicile fixe après avoir été ballotée entre une famille déstructurée et des foyers d’accueil. Mais elle a la rage de s’en sortir. Lorsqu’elle rencontre une conseillère de CAP Formations – dispositif d'aide interinstitutionnelle à destination des jeunes sans formation - sa chance tourne. Après quelques stages, elle décroche une place d’apprentissage inespérée de gestionnaire du commerce de détail à la pâtisserie Mage. Une structure, la première, qui lui donnera la force de persévérer jusqu’à cet été où elle obtiendra son CFC. Salué par le Prix du mérite et de l’encouragement décerné par les Rotary Club Genève (Sud et Lac), son parcours relève presque de l’exploit. «Personne n’a jamais cru en moi. Ce prix, c’est ma revanche, c’est mon mérite. Un passeport pour entrer la tête haute dans la société.»

Servir d'abord 

«Avec ce geste symbolique, nous disons à ces jeunes au parcours extrêmement difficile que des adultes les ont vu évoluer et les encouragent dans leur volonté de réussir à obtenir une qualification professionnelle», soutient Nicolas Bonnet, responsable Action jeunesse au Rotary Club Genève Sud.  Le Rotary, dont la devise est «servir d’abord» s’engage par ailleurs tout au long de l’année en proposant à ces jeunes des simulations d’entretien en vue de décrocher une place d'apprentissage. «Nous collaborons avec CAP Formations depuis de nombreuses années. Cette structure est indispensable dans le canton, poursuit le rotarien. Elle permet d'aider, de structurer des jeunes parfois en manque d’encadrement, et d’être une passerelle pour les raccorder à la filière de la formation.»

Quitter son travail pour une formation

Quant à Rémi Schmutz, c'est sa volonté indéfectible à se former qui lui a valu un prix. Il gagnait déjà sa vie à l’âge de dix-huit ans en faisant la plonge, aux antipodes d’une quelconque qualification. «Je me suis dit que cette vie n’était pas faite pour moi, qu’il fallait que je me motive à obtenir un diplôme.» Inscrit au chômage, il est adressé à CAP Formations. Peu scolaire, il ne se laisse pas démonter par l’échec au test professionnel de peintre en bâtiment. Son maître de stage est impressionné par sa volonté. Il l’engage. Rémi promet de bien travailler à l’école. Et il s’en donne les moyens. Récompensé par le Prix des apprentis du Rotary Club Genève Sud pour sa persévérance, il va entamer sa troisième et dernière année avant l’obtention du graal.

Neuf autres apprenties et apprentis se sont vus remettre un prix de la part des deux prestigieux clubs. «Ces jeunes constituent l'exemple d'un parcours réussi, bien qu'imparfait. Malgré leurs difficultés, ils ont su garder toute l'énergie, la motivation, le courage et la volonté pour s'en sortir. Je suis très fière d'eux», conclut, sourire aux lèvres, Sophie Chezeau, responsable de CAP Formations.

Le Rotary Club décerne des prix à des jeunes qui le méritent