Cybermag / A la une / À l’école du septième art

À l’école du septième art

La HEAD à Genève et l’ECAL à Lausanne forment les cinéastes suisses de demain. Coup de projecteur

Regula Eckert

Documentaire, fiction, série, films d’animation ou d’art et d’essai, courts et longs-métrages, pellicule ou numérique, le paysage cinématographique suisse affiche sa diversité et une créativité quasi sans limites. L’élaboration de ces oeuvres repose sur une conjugaison de talents artistiques, de compétences techniques et de savoirfaire spécifiques. En Suisse romande, les départements cinéma de la Haute École d’art et de design (HEAD) à Genève et de l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL), avec leurs responsables respectifs Nicolas Wadimoff et Lionel Baier, proposent chacune une formation complète en vue d’un bachelor HES-SO of Arts en cinéma (trois ans). Une large culture cinématographique et des compétences pluridisciplinaires dans les métiers du cinéma y sont dispensées. Ces filières sont accessibles avec une maturité (ou un titre jugé équivalent), après la réussite du concours d’entrée.

Art et techniques

Le programme de la HEAD à Genève propose un ensemble d’enseignements théoriques (histoire et esthétique du cinéma) et d’ateliers technico-créatifs. Durant cette formation, les étudiants apprennent à maîtriser les techniques de prises de vues, de son, de montage et de postproduction, à travers un grand nombre d’exercices filmiques. De plus, ils enrichissent leur pratique artistique en développant toutes les étapes de l’écriture d’un film personnel. «L’objectif est de former des cinéastes ouverts sur le monde capables de développer un langage cinématographique propre, entremêlant par exemple les genres traditionnels de la fiction et du documentaire pour créer de nouvelles formes de films, explique Olivier Zuchuat, professeur à la HEAD. Fictionnaliser le réel permet de représenter un territoire ou un vécu dans toute sa complexité, avec ses tensions, ses beautés et ses violences.»

Entre fiction et réalité

«Tempête silencieuse», le travail de bachelor option Réalisation d’Anaïs Moog (récompensé par un Léopard d’argent au Festival de Locarno 2019), illustre cette attention aux lieux et à leurs émanations, dans laquelle état d’esprit et paysage se confondent. Dans ce court-métrage poétique en hommage aux pêcheurs et aux migrants disparus en mer, la jeune cinéaste entrecroise des bribes de conversation de femmes filmées à demi-visage (évoquant les espoirs engloutis) avec des paysages, roches saillantes, mouvements incessants des vagues. «Cette formation intense a aiguisé mon regard et forgé ma façon de filmer. Elle m’a aussi incitée à réfléchir à ma posture de cinéaste et donné lieu à des rencontres bouleversantes», témoigne la jeune femme. «Présenter leur film en public est une opportunité offerte aux étudiants par de nombreux festivals en Suisse et en Europe, notamment pour des formats courts, relève Delphine Jeanneret, responsable adjointe du département cinéma de la HEAD. Et décrocher une sélection à l’un d’entre d’eux représente une immersion professionnelle sans égale. Les futurs cinéastes côtoient des programmateurs, des directeurs de festivals, des réalisateurs, des scénaristes renommés. De quoi étoffer leur réseau professionnel et progresser dans le monde du septième art.»

Talents recherchés

Les étudiants peuvent approfondir leurs connaissances cinématographiques et se spécialiser grâce au master HES-SO en cinéma, organisé conjointement par la HEAD à Genève et l’ECAL à Lausanne tous les deux ans (prochaine rentrée en 2020) sur les deux sites. Durant leur projet de diplôme, les étudiants se spécialisent dans l’une des orientations proposées: scénario, réalisation, son, montage ou encore production. «Afin de les immerger dans des conditions professionnelles, ils contribuent aux travaux des uns et des autres, accompagnés par des cinéastes reconnus dans leur domaine de compétences», indique Jasmin Basic, coordinatrice du master. «Les métiers du cinéma offrent de réelles opportunités professionnelles», estime la responsable. Par exemple, les designers son et les ingénieurs son (via les nouvelles technologies du son immersif 3D) décrochent souvent des mandats déjà durant leur formation. Comme les scénaristes. Ces spécialistes en écriture de films, sont de plus en plus recherchés par des réalisateurs ou des producteurs, du fait de l’essor des séries. Ce sont eux qui développent un récit, imaginent les péripéties, écrivent les dialogues et les indications scéniques. «Cette discipline nécessite une véritable formation que l’option scénario du master en cinéma est la seule à offrir en Suisse romande», ajoute-t-elle.

Écrire pour l’écran

«On postule au master avec un projet de scénario dont tous les aspects seront développés et détaillés durant la formation», explique Raphaël Meyer. L’étudiant s’est imprégné, entre autres, d’un atelier sur l’adaptation d’oeuvres (roman, pièce de théâtre, bande dessinée). «Loin de l’écriture
littéraire, le scénario est un texte de travail contenant les éléments nécessaires pour élaborer un film, uniquement destiné à l’équipe technico-créative et aux acteurs.» Dès le début de sa formation, Raphaël Meyer intègre les writers rooms (mode de travail collaboratif propre aux séries anglosaxonnes) de la RTS et contribue au scénario de la première saison de la série «Hors saison» produite par la chaîne romande. D’abord stagiaire, il rejoint le groupe d’auteurs, contrat en poche. Entre-temps, Raphaël Meyer et MalouBriand, également étudianteen master option scénario, ont imaginé la trame originale d’une web série fantastique qui met en scène cinq jeunes orphelins dans un univers d’une inquiétante étrangeté. Un thriller récemment récompensé par le NIFFF (Festival international du film fantastique de Neuchâtel). À la clé, un soutien financier et éditorial de la RTS et un coaching proposé par le festival pour l’écrire, le réaliser et le monter en une année, dans le cadre du travail de diplôme, avec l’assurance d’une diffusion sur les plateformes de la RTS. Frissons garantis.

En savoir plus
www.head.ch
www.ecal.ch
www.orientation.ch

À l’école du septième art